Le Garebeg : une fête indonésienne colorée

L’Indonésie est une destination très prisée par grand nombre d’individus à travers le monde. Cela s’explique par le fait qu’elle dotée de paysages magnifiques. En outre, la richesse culturelle du pays attire des milliers de touristes venant des quatre coins du monde. De nombreuses fêtes y sont célébrées, dont particulièrement le Garebeg.

Significations du fameux Garebeg

Le Garebeg, appelé également Grebeg est un événement important pour l’Indonésie. Cette expression signifie « mouvement simultané ». En Français, cela est équivaut au mot « procession ». Entre autre, cela est relatif au fait d’honorer un personnage important avec une certaine somptuosité. Cette cérémonie consiste à célébrer l’expansion ainsi que la protection de l’Islam par le Sultan. Il s’agit d’une suite d’anciennes traditions de Surakarta et d’Yogyakarta. Elle reflétait autant un aspect religieux comme politique. Elle était considéré comme un moyen pour le souverain de mettre en avant son pouvoir, devant son peuple.

Déroulement de la festivité

Le Garebeg est une cérémonie qui se déroule trois fois par an en Yogyakarta. La célébration se passe au premier, au quatrième et au onzième mois de l’année. Ainsi, les trois événements se nomment Garebeg Mulud, le Garebeg Sawal ainsi que le Garebeg Besar. L’événement commence par la procession de chars décorés d’une manière spécifique et des habitants portant des habits traditionnels très colorés en se dirigeant vers le Kraton. Il est à savoir que ce ce dernier est le palais du Sultan. La population réalise un défilé accompagné du son des gamelans, des instruments de musique. Les habitants reçoivent du Gunungan de la part du Sultan. Il s’agit d’une représentation théâtrale du wayang, typique de l’Indonésie.

Les autres célébrations importantes de l’Indonésie

Outre le Garebeg, de nombreuses autres festivités sont célébrées en Indonésie. Il y a le Pasola, qui a lieu en mois de Février à l’île de Sumba. Il s’agit d’une fête permettant de rappeler les combattants Indonésiens des périodes de guerres. Il consiste à la mise en scène d’un affrontement entre plusieurs clans de cavaliers. En outre, il est également à citer le Nyepi ou le nouvel an de Bali. Cette célébration se passe en mois de Mars et se caractérise par une méditation dans le silence total. Il y a aussi le Waisak, célébration de la naissance du Bouddha. Il se déroule au cinquième mois de l’année.

Ceci étant, lors d’un passage en Indonésie, les touristes pourront faire de nouvelles découvertes culturelles, très enrichissantes et bénéfiques.

Le mandau : une danse traditionnelle indonésienne
Pourquoi la nourriture tient une part importante dans les traditions indonésiennes ?