Le mandau : une danse traditionnelle indonésienne

L’Indonésie est une région très ouverte dans le monde. Elle a été construite avec des vagues migratoires énormes. Cette zone est un mélange d’ethnies et de cultures. Ses diverses religions se côtoient et forment un ensemble chaleureux, authentique et joyeux. Parmi les danses célèbres et diversifiées dans le pays, la danse traditionnelle « mandau » est la plus appréciée.

Histoire des danses indonésiennes

La danse à Kalimantan était, à cette époque, de nature sacrée et religieuse, comme les palais royaux étaient les points centraux de toute activité culturelle. Les danses à Kalimantan étaient aussi féodales au début des périodes hindoues indonésiennes. Avant l’entrée des Indiens dans le lieu, comme l’avaient été Ball, Sumatra et Java, Kalimantan était habité par les tribus indigènes Dayak. Nombreux parmi eux ne souhaitaient pas une influence étrangère et choisissaient de rester dans les forêts ou bien à l’intérieur des terres, assez loin des côtes. Actuellement, les danses Kalimantan qui sont, en général, exécutées et très appréciées sont notamment les danses religieuses des peuples des tribus Dayak.

Quels rapports avec les religions ?

Dans ces temps de la société moderne, les diverses danses de la région qui étaient exécutées seulement à des fins religieuses pouvaient désormais être appréciées comme danses profanes. Certaines danses de ces tribus Dayak sont notamment religieuses et parfois exécutées de façon laïque, il y a des danses de guerre et de remerciement à leur déesse du riz. Certaines de ces tribus Dayak ont de fascinants types et ne se diffèrent que par leur nom. Parmi les diverses danses de guerre, il y a le Mandau, Kenyah et Belian Dadas, leur contenu et leur forme sont parfois identiques.

Qu’est-ce que la danse traditionnelle mandau ?

La danse du Mandau est exercée par des personnes de quatre en paires. Le nom Mandau désigne une sorte d’épée du Kalimantan ayant une forme unique avec un fourreau décoré magnifiquement. Le costume est très facile à réaliser, composé seulement d’un morceau de ruban et d’un pagne avec des plumes sur la tête. Les danseurs tiennent un long bouclier dans la main gauche et un petit mandau dans la droite. Sa musique d’accompagnement est aussi très simple : un instrument à cordes ressemblant à une guitare. Sa position est en grande partie bien accroupie. Les danseurs tournent en rond et jouent avec leurs épées ou mandaus et leurs boucliers. Quand chacun fait face à un partenaire, la danse de guerre va alors commencer.

Le wayang kulit : un théâtre d’ombres de marionnettes
Le Garebeg : une fête indonésienne colorée